Ça reste entre nous…

Le « Seconds rôles » nous a fait voyager de personnages en personnages. Le temps d’une parenthèse, nous sommes invités dans l’intimité de chacun d’eux.

Vincent Flibustier est médecin dans un hôpital. Son travail le submerge, il ne sait pas comment répondre humainement à toutes les sollicitations de ses patients. Son truc, c’est la jonglerie, ce qui le rend sympathique. Mais, le directeur le renvoie pour manque d’efficacité…

Le directeur est un bourreau de travail, il vit dans son bureau. Nous le surprenons au petit matin en train de se raser. Déjà, ses multiples assistantes lui déposent massivement les dossiers de la journée. Quand il est soumis à une émotion trop forte, il se gratte l’aisselle. Et, lorsqu’entre Jeanine, la femme de l’ancien directeur, cet homme vacille. Il se gratte… et ne peut refuser à cette vieille dame de reprendre le bistouri pour une opération « plaisir ».

L’homme opéré s’en sort mais son corps est abîmé par les négligences médicales. Dans un dirigeable, il fête son anniversaire de mariage avec sa femme en survolant les cathédrales françaises. Après leur balade, le couple se retrouve à l’hôtel. La femme se lave. Elle est heureuse. L’homme explique, à travers la porte de la salle de bain, sa douleur physique de vivre. Il laisse une lettre et part.

Brigitte, la femme, est seule au bar, sa vie est vide de son amour. Le directeur de l’hôpital rejoint Brigitte et tente de la soutenir dans ces moments. Par culpabilité ? Non, par amour. Il est épris de Brigitte depuis leur enfance. Il veut lui offrir la belle vie. Il brigue la fortune de Jeanine dont il est légataire universel. Brigitte ne peut en supporter davantage !

On suit le curé qui a célébré le mariage de Brigitte, après sa formation apostolique. Il prend possession de sa paroisse et découvre, au confessionnal, les âmes des habitants… Il commence à abuser du vin de messe. Il se donne le courage d’écouter ses pénitents.

Devant l’école, on retrouve Myrtille, la prof d’aqua-planning. Elle attend la sortie des enfants. Elle attend son fils Billy. Elle est convoquée par la directrice au sujet de Billy et de ses « super-pouvoirs ». Mère et fils sont hors normes et leur relation inquiète la directrice mais ils respirent l’amour familial. Sont-ils fous ? Le juge des enfants perdus impose un traitement médical à vie à Billy.

Billy est boucher de nuit. Il est déprimé car il vit très mal son travail. Il est végétarien. Et, son traitement, après des années, tourmente ses facultés. Il se souvient par bribes d’éléments de son enfance mais qui est-il finalement ? Après un braquage dans sa boutique, il se met à courir et tombe aux pieds d’un homme : son père.

Son père s’appelle Martin et il est russe. Il est voyant bénévolement. Lors de ses consultations, nous retrouvons Brigitte, Jeanine et Vincent. Leurs avenirs sont incertains, mais le destin réserve de belles surprises à chacun d’eux. Au fait, que disait la lettre du mari de Brigitte…

Publicités